Les légumes de Printemps

Ce mois de Mai est un mois à légumes racine ou tubercules avant l’arrivée des légumes de soleil…

Avec le printemps très pluvieux que nous avons, les maraichers nous annoncent 3 semaines de retard sur la saison.

 

Le radis

Le radis rouge, radis noir ou radis blanc. Croquants et juteux les rouges sont les moins forts et se dégustent en salade. Ils sont aussi riches en anti-oxydants.IMG_1655

Les radis noirs se dégustent pelés ce qui les rend moins piquants : ils se dégustent aussi sautés ou en soupe.

Choisissez les radis bien lisses et fermes : évitez les radis trop longs qui risquent d’être durs.

Conservez-les sans leurs feuilles car c’est au niveau des feuilles qu’ils perdent leur humidité…

Idée recette : le saumon mariné aux radis rouges et radis noir.

Faites sourire vos enfants et faites des petites souris avec les radis…

Le navet

Il en existe de nombreuses variétés : ronds, allongés, rouges, verts, blancs…

On peut le manger râpé en salade, braisés  ou en gâteau à la chinoise. C’est un ingrédient intéressant dans les pots au feu ou les ragouts. On peut aussi le cuire au four. Les feuilles peuvent être consommées comme des feuilles de chou cuites à l’eau avant l’ajout de beurre.

On le conserve au frais, non lavé dans un sac en papier pendant 2 semaines.

Recette : voir le navet caramélisé (dans la rubrique recette)IMG_1646

 

Le chou-rave

Il se mange comme le navet : on peut le préparer cru râpé ou braisé ou coupé en tranches. Il est excellent en purée ou simplement coupé en morceaux, cuit et mélangé avec un peu de beurre.

Idée recette : Chou-rave aux épices (dans la rubrique recette)

 

Ces trois légumes de saison vous permettent de varier les légumes dans votre assiette à moindre coût.

Read the article →

Comment établir un menu équilibré ? Suite

Dans un premier temps, positionnez les viandes dans votre menu : nous avons vu ensemble, lors d’un précédent article, les sources de protéines.

Une fois que vous avez réparti les sources de protéines, vous pouvez les associer aux féculents et aux légumes.

Les féculents

Pensez à varier les plaisirs !!!Variety of whole wheat bread

Il n’y a pas que les pommes de terre, le riz ou les pâtes à votre disposition…

Pensez aussi au boulghour, à la semoule, au quinoa

Les légumes secs apportent aussi une bonne quantité de glucides complexes et sont riches en minéraux.
Exemples : lentilles, petits pois, haricots blancs, haricots rouges, fèves

Le maïs est aussi un produit céréalier intéressant. La polenta faite à base de farine de maïs agrémente délicieusement les plats à base de viandes ou de poissons.

Le pain fait aussi partie des féculents : pensez à tester différents pains : pain complet, pain de seigle, pain au sésame, pain multi-céréales

Et surtout n’oubliez pas :

Les légumes fresh asparagus in basket

Ils doivent absolument être présents dans toutes vos assiettes et là encore, pensez à varier les plaisirs aussi en fonction des saisons.

Ce mois ci : les légumes verts sont à l’honneur !

Pensez aux épinards, blettes, asperges, poireau, céleri vert mais aussi radis, oignons botte…

 

 

Read the article →

Pourquoi les régimes hyper-protéinés peuvent être mauvais pour la santé ?

On voit de plus en plus de personnes aujourd’hui suivre des régimes hyper-protéinés de leur propre initiative et sans accompagnement. Le succès des régimes DUKAN en est une bonne preuve et aussi une des raisons de cet engouement.

Les régimes hyper-protéinés peuvent être de bonnes solutions dans certains cas, à condition qu’ils soient prescrits et suivis par un médecin, un nutritionniste ou un diététicien.

Par contre, s’engager seul dans une telle démarche est risqué.bigstock-Paleo-diet-20545040

  1. Le régime hyper-protéiné peut mener à des désordres de votre organisme : carences, une baisse de tension, une constipation, une chute de cheveu, des crampes musculaires… Ces carences peuvent être renforcées si votre alimentation ne vous amène pas de fruits, de légumes, de glucides ou d’acides gras essentiels.
  2. Ne pas consommer de fruits et légumes pendant ces périodes diminue considérablement les apports en vitamines, minéraux et fibres. Ceci a un effet sur votre transit intestinal, sur votre système immunitaire… Par exemple : La consommation de fruits et légumes diminue les facteurs de risque de cancer du colon…
  3. Le régime hyper-protéiné apporte beaucoup de protéines, bien plus que les apports recommandés ce qui risque de fatiguer votre foie et vos reins.
  4. Une perte de poids trop rapide entraine un effet yoyo : on reprend plus de poids qu’on en avait avant le régime et la répartition entre masse maigre et masse grasse est modifiée. On a finalement plus de masse grasse et les kilo deviennent de plus en plus difficiles à perdre.
  5. La composition des aliments riches en protéines ingérée peut entrainer d’autres problèmes : ainsi manger trop d’œufs peut augmenter le taux de cholestérol de votre sang et porter atteinte à la fluidité de vos artères, manger trop de viande rouge amène trop d’acides gras saturés entrainant aussi des risques de maladies cardio-vasculaires, la viande rouge ou la charcuterie consommée en trop grande quantité augmente les risques de cancer des poumons, de l’œsophage, du foie ou du colon…

Enfin, ce n’est pas pour rien que l’on prône l’alimentation équilibrée : toutes les familles alimentaires ont leur rôle.

Elles doivent toutes être utilisées en quantité raisonnable et sans exclusion. Chaque famille alimentaire apporte un ou des éléments nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme (vitamines, minéraux, anti-oxydants, lipides, glucides, fibres…).

Alors pourquoi tant de succès ?

Et bien parce que les gens voient avec ces régimes des résultats très rapidement : les améliorations sont visibles et les dégâts ne le sont pas.

Les gens sont conscients de l’effet yoyo et de la reprise de poids à la suite du régime mais ils sont victimes du syndrome du “ça arrive chez les autres, mais pas chez moi”, ou “moi, je tiendrai bon” ou encore “de toute façon, si je reprends du poids, il me suffira de refaire le régime pour en perdre de nouveau”.

Quelle catastrophe à long terme !

Aussi, si vous voulez maigrir, croyez moi : prenez le temps, optez pour une alimentation variée et équilibrée et faites appel aux diététiciens pour vous accompagner.

Read the article →

Quelle huile pour quelle utilité ?

Les huiles sont diverses et variées… Laquelle utiliser pour quoi ?

On entend parfois quelques idées reçues : bigstock-olive-oil-over-mozzarella-and--27484583

– “Toutes les huiles n’ont pas le même apport calorique.”
Et bien SI ! L’huile d’olive apporte autant de calories que l’huile de tournesol.

– Je ne dois pas mettre de matières grasses dans l’alimentation de mon bébé ou mes enfants pour ne pas l’habituer au gras.
FAUX : le bébé, les enfants et vous aussi avez besoin de matières grasses dans votre alimentation.

– “Je peux mettre autant d’huile d’olive que je veux car elle est bonne pour la santé” :
NON, même pour l’huile d’olive, on doit l’utiliser mais avec modération.

Sachez que des huiles sont bonnes pour la cuisson et d’autres non !

Ceci est lié à leur composition en acides gras de l’huile, certains sont plus fragiles à la chaleur que d’autres.

  • Pour vos salades ou après cuisson : Huile de colza, Huile de soja, Huile de tournesol, Huile de maïs, huile de noix, huile de pépins de raisins,  huile de noisette, huile de lin…
  • Pour les cuissons : huile d’olive, huile d’arachide, huile de colza, huile de tournesol oléïque …

Et surtout ne chauffez jamais trop d’huile de cuisson : si elle fume, elle a trop chauffé. Elle est alors altérée et dégage des corps toxiques et cancérigènes.

Pensez à varier les huiles que vous utilisez !

Read the article →

Cholestérol : tout n’est pas lié à l’alimentation…

Le cholestérol souffre d’une bien mauvaise réputation. On entend souvent les gens dire : » Je fais un régime car j’ai du cholestérol….” Bien sûr que vous avez du cholestérol, heureusement ! Nous en avons tous car nous en avons besoin…

A quoi sert-il ? D’où vient-il ?

Savez-vous que notre organisme produit lui-même du cholestérol ? Le cholestérol venant de notre alimentation ne représente qu’une petite partie du cholestérol présent dans notre corps (30 %).

Clarifions un peu tout ça…IMG_0847

Notre organisme utilise le cholestérol pour plusieurs choses :

– il est un des composants des hormones sexuelles (progestérone, œstrogène, testostérone) et des corticoïdes (hormones produites dans glandes surrénales)

– il intervient dans la production des sels biliaires qui participent à la digestion des graisses animales

– il est précurseur de la vitamine D, intervenant entre autres dans l’utilisation du Calcium par notre organisme.

– il fait partie de la membrane de nos cellules et favorise leur fluidité et étanchéité.

En bref, le cholestérol sert à beaucoup de choses alors quand est ce qu’il devient mauvais ?

Bon et mauvais cholestérol ?

Le cholestérol est transporté dans notre organisme par des lipoprotéines :

– les HDL : mode de transport du cholestérol des tissus vers le foie où il est recyclé. Ce HDL est qualifié de “bon cholestérol” car il permet de réguler le taux de cholestérol en l’emmenant vers son point de recyclage et d’évacuation…

– les LDL transportent le cholestérol du foie aux tissus utilisateurs. Lorsque ces LDL sont en excès et s’accumulent dans les vaisseaux sanguins. Ceci entraine une réaction en chaine complexe aboutissant à la formation d’un athérome : plaque fibreuse, lipidique qui se colle aux vaisseaux sanguins et diminue leur diamètre.
C’est là qu’il y a un risque de formation de caillots sanguins et un risque de thrombose pouvant entrainer infarctus du myocarde ou accidents vasculaires cérébraux.

Nous ne sommes pas tous égaux face au cholestérol !

Il y a un facteur génétique important. Certains sont de grands producteurs de cholestérol et d’autres non.

Que faire si on a trop de cholestérol ?

Grands producteurs ou non, des changements de notre comportement, une meilleur hygiène de vie peuvent aider à diminuer le taux de cholestérol ou les facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires :

– une activité physique régulière réduit la quantité de LDL et augmente les HDL

– limiter la consommation d’acides gras saturés

– réduire la consommation de produits riches en cholestérol : Cervelle, œufs, abats, foie gras, beurre, crème fraîche, charcuteries, fromages…

 

Le cholestérol ne se trouve que dans les produits d’origine animale :

Mangez plus de fruits et légumes…

Read the article →