Les aliments ultra-transformés associés à un haut risque de Cancer

Les données françaises de NutrinetSanté ont fait l’objet d’une étude sur les aliments ultra-transformés donnant lieu à un article dans la sérieuse revue British Medical Journal.

La consommation de  produits ultra-transformés : pains industriels, plats cuisinés, sodas, gâteaux industriels entrainent une augmentation de l’incidence du cancer, particulièrement du cancer de sein chez les femmes ménopausées et de certaines maladies non transmissibles.

L’étude ne précise pas quel produit industriel est particulièrement impliqué. Il ne s’agit pas d’une relation de cause à effet mais d’une constatation que les consommateurs de nombreux produits ultra-transformés ont plus de risque d’avoir un cancer.

Ceci peut être aussi lié à d’autres comportements adoptés par les consommateurs de produits industriels.

Aussi, pour votre santé, privilégiez les produits de saison, locaux et cuisinez vous-mêmes.

Pas besoin de faire de la grande cuisine : une pomme de terre cuite écrasée est plus saine qu’une purée lyophilisée, une omelette aux poivrons plus intéressante qu’un plat cuisiné surgelé, une salade de légumes de saison plus saine qu’un sandwich sous cellophane…

Commencez par des changements simples :

  • au petit déjeuner, mangez des flocons d’avoine avec une banane et un fromage blanc plutôt que des céréales de petit-déjeuner industrielles
  • Au déjeuner, faites vous cuire un filet de poisson avec une pomme de terre et des brocolis (au cuit-vapeur) à napper d’une sauce simple au citron
  • Au gouter, croquez dans une pomme plutôt qu’une compote en gourde et préférez un morceau de pain à des biscuits
  • Au diner, Préparez-vous une soupe de légumes de saison accompagnée d’un mélange de lentilles avec des carottes. Dégustez du fromage et un fruit frais.

Ces petits changements au quotidien pourrait bien faire la différence à terme…

N’hésitez pas à consulter votre diététicienne d’Aix en Provence pour vous aider dans votre alimentation au quotidien.

Read the article →

Votre bébé est allergique aux protéines de lait de vache

Que faire ?

Votre médecin généraliste ou pédiatre doit faire le diagnostic de cette allergie.

L’allergie aux protéines de lait de vache se distingue de l’intolérance au lactose. Ce sont deux mécanismes différents. Dans le cas d’une intolérance, on ne digère pas le sucre du lait (le lactose) par manque de l’enzyme qui le découpe. Ceci entraine des diarrhées ou un inconfort intestinal.

Dans le cas d’une allergie, le système immunitaire considère les protéines du lait comme des ennemies. Ceci entraine une réaction immunitaire démesurée avec des vomissements, diarrhées, douleurs au ventre…

Lorsque le médecin diagnostique cette allergie, si la maman n’allaite pas, il prescrit aux nourrissons une formule hydrolysée à utiliser dans le biberon comme une préparation pour nourrissons.

Si la maman allaite, elle doit continuer l’allaitement et suivre elle-même un régime sans protéines de lait.

Les parents se posent beaucoup de questions au moment de la diversification alimentaire. Que donner à manger à leur bébé ?

Il existe des solutions, des préparations culinaires pour garantir tous les apports nutritionnels du bébé conformes à ses besoins.

Voici une recette de crêpes que j’ai réalisée pour les enfants allergiques qui boivent du Nutramigen LGG 3 (enfant de plus d’un an).

https://www.allergobox.com/actualites/recette-chandeleur-nutramigen-3-lggr

Confrontez à une allergie, n’hésitez pas à consulter votre diététicienne Nelly LELLU à Aix en Provence spécialisée en allergie alimentaire.

Read the article →

Les troubles de l’oralité chez l’enfant

Comment les déceler ? Comment les traiter ? Comment les prévenir ?

Certains enfants ont du mal à manger. On les dit difficiles ou capricieux mais, pour certains, il s’agit d’un réel problème de santé.

Votre enfant a des réflexes nauséeux avec certains aliments, certaines textures ou certaines couleurs d’aliments. Il est très difficile, ne mange jamais chaud ou froid, ne porte rien à la bouche…

Il peut souffrir de troubles de l’oralité : il s’agit de troubles liés à la zone orale, la zone de la bouche.

Alors que le réflexe de succion apparait dès le 4ème mois de la vie intra-utérine, certains enfants ont plus de mal à téter, à manger à la cuillère, à porter un aliment à la bouche.

Ce peut être dû à une fatigabilité importante, à un trouble du comportement, à une mauvaise expérience ou à un autre problème de santé.

Parfois, un aliment ou une catégorie d’aliments entraine des vomissements, des difficultés à mâcher ou à déglutir.

Que faire ?

Si vous décelez de telles difficultés avec votre enfant, parlez-en avec votre médecin qui pourra réellement  identifier la source du problème. Si besoin, il saura vous orienter vers un orthophoniste et un diététicien pédiatrique qui sauront vous aider.

Pour prévenir ces problèmes, laissez vos petits enfants découvrir les objets avec la bouche, habituez-les le plus tôt possible (à partir de 8 mois) aux morceaux dans leurs repas. Laissez-les mettre les mains dans la nourriture car c’est leur façon à eux de découvrir les aliments.

Les 5 sens sont particulièrement développés chez l’enfant et le toucher par la bouche est une phase de développement primordial tout aussi importante que la marche ou le langage.

Si vous avec des questions, n’hésitez pas à me contacter : votre diététicienne pédiatrique sur Aix-en-Provence Nelly LELLU.

Read the article →

Les légumes de l’hiver – potage de poireaux-fenouil

Pour vous donner la pêche, lutter contre les microbes et contre le froid, faites le plein de produits de l’hiver !

  • Pensez aux agrumes : clémentines, oranges, citron, pamplemousse…
  • Poireaux, céleri, endives, navets, choux agrémenteront vos assiettes
  • Pensez aux potages, veloutés et soupes
  • Préparez de bons plats mijotés : blanquette de veau, pot-au-feu, boeuf bourguignon
  • Complétez vos plats avec des légumineuses : haricots blancs, pois chiche, lentilles, flageolets
  • Ajoutez des épices dans vos boissons chaudes pour vous réchauffer : muscade, gingembre, cannelle…

A selection of harvested autumn and winter vegetables

Petite recette de potage aux poireau et fenouil :

Si, si, même mes enfants qui n’aiment pas le fenouil ont adoré ce potage…
  • 2 petits bulbes de fenouil
  • 4 blancs de poireaux
  • 800 ml d’eau
  • 1 bouillon cube
  • Romarin
  • Yaourt
  • Parmesan

Laver et couper les poireaux en tronçons de 5 cm, coupés en deux

Faire revenir les poireaux dans une poêle avec un peu d’huile d’olive : attention de ne pas trop les cuire. Ils ne doivent pas devenir noir mais juste un peu translucides.

Couper les bulbes de fenouil en 4. Retirer le coeur très dur. Mixer les 1/4 de bulbes.

Placer dans une casserole le fenouil mixé et les poireaux. Ajouter l’eau, le bouillon cube et le romarin.

Faire cuire 20 minutes.

Mixer le tout, ajouter un yaourt et bien mélanger.

Servir dans des bols et ajouter une pincée de curry sur la surface.

Mettre à disposition des convives du parmesan à ajouter dans le potage en fonction des envies.

Bon appétit !

Read the article →

Ne vous trompez pas ! Attention aux charlatans

L’acte diététique est réservé aux diététiciens.

Les diététiciens sont des professionnels de santé qui utilisent la nutrition en tant que soin, en intégrant une dimension culturelle, gastronomique et sociale dans la prise en charge de leurs patients.

Ne vous trompez pas :

  • Un médecin nutritionniste est médecin avec une spécialisation en Nutrition
  • Un diététicien-nutritionniste est diplômé par l’état et a un numéro d’enregistrement des professionnels de santé sur le fichier ADELI de l’agence régionale de santé (ARS)
  • Un nutritionniste n’a pas de diplôme reconnu.

Le diététicien vous aidera à vous alimenter au mieux en fonction de votre état de santé, en vous donnant des conseils pratiques d’organisation, des recettes adaptées à votre vie au quotidien et à votre vie sociale.

 

Cette semaine, les diététiciens francophones européens se mobilisent pour parler de leur profession.

Read the article →